cream della cream philipp plein,,
philipp plein moscow,,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !,
philipp plein height,,
philipp plein loafers,

Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !

On ne saurait le dire autrement : il faut avoir vu, entendu Fred Pellerin. Non par mode, bien sûr. Juste parce que ce conteur québécois, chaque fois, "emmerveille", comme disent nos cousins canadiens. Dans son pays, ses spectacles peuvent s’éterniser tard dans la nuit tant il est habile à improviser, tirer le fil de ses histoires. De peigne et de misère est son cinquième spectacle après Dans mon village, il y a belle Lurette (2001),lunette persol vue, Il faut prendre le taureau par les contes ! (2003), Comme une odeur de muscles (2005) et L’Arracheuse de temps (2008). Chacun d’eux est tissé de mille contes entendus dans l’enfance par Fred Pellerin, de la bouche à dentier de sa grand-mère, "périscope historique", et de ses voisins à Saint-Elie-de-Caxton (Québec), où sa famille est établie depuis sept générations. LA TRADITION ORALE ET L’IMAGINATION Dans ce village reculé de la Mauricie "où les lutins et les fées s’écrasent dans les pare-brise", on jacte,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, on jase, on potine jusqu’à plus soif. La tradition orale et l’imagination de Fred Pellerin, diplômé en littérature, ont transformé les histoires du quotidien en fantasmagories tantôt comiques,adidas yeezy boost 350 turtle dove, tantôt tragiques. A l’égal de ses pièces précédentes, De Peigne et de misère a pour héros un personnage légendaire de Saint-Elie-de-Caxton. Cette fois, il s’agit de Méo, "barbier de sévices", "qui tint chignon sur rue principale pendant de nombreuses années et qui marqua l’histoire de son fer à friser". Un "maître dans l’art du sarclage, habile à trier les cheveux blancs et les idées noires",Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, ce Méo. Il coiffe, plutôt décoiffe, en fonction des heures de la journée et de son degré d’alcoolémie, une once de cognac à l’heure. Sous ses ciseaux erratiques, il fait pousser la confidence, ne répétant les secrets qui lui sont confiés qu’à une seule personne à la fois. Méo, qui connaît tout le monde, s’éprend d’une apparition : Solange, jeune nonne à la bouche pulpeuse et au crâne chauve sous sa cornette. Celle-ci reste à sa fenêtre, suçotant toute la sainte journée de la paparmane (menthe poivrée). Amour fou,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, amour impossible. La mort guette la religieuse comme, jadis, elle en a guetté d’autres. EXPRESSIONS NEUVES ET NÉOLOGISMES Au fil du récit resurgissent les figures familières de la comédie humaine déployée par Fred Pellerin : Mme Gélina et ses 473 enfants, Toussaint Brodeur, le vendeur de bière illégale,oakley lunette soleil, le forgeron Riopel et sa fille, la belle Lurette, qui, hélas !, se piquera sur un fuseau horaire,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !,lunette de soleil oakley femme, et le curé "usagé" pour avoir trop officié,guess pas cher, tombant ici sous le charme d’une jolie veuve crépue. Le public qu’il tutoie chaque soir pousse Fred Pellerin à la digression, à la broderie sur motif. Chez lui, tout fait image. Le langage s’invente à chaque instant. En sa bouche se pressent locutions en joual,chanel lunette de soleil femme, expressions neuves et néologismes. Son inventivité jazzy rendrait fou ou ravirait, c’est selon,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, n’importe quel lexicographe. Sur scène,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, le dispositif est réduit à l’essentiel. Une chaise, quelques instruments de musique pour interpréter des ballades au cours de ce voyage enraciné au "commencement du monde". Ce monde de troc et de veillées, Fred Pellerin,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, 36 ans et allure de lutin, en annonce aussi la fin avec gravité. La faute à l’argent-roi,Avec Fred Pellerin, ça jase et ça jacte !, à la crise sociale. C’est grave et crépusculaire, plein de drôlerie et d’humanité, d’une virtuosité narrative peu commune et, qu’on ne s’y trompe pas, moderne. Oui,lunette polaroid prix, moderne. Car les contes à dormir debout de Fred Pellerin réveillent le spectateur, tour à tour ému aux larmes, horrifié ou hilare. On est de grands enfants qu’un enchanteur tient par la main. De peigne et de misère, de Fred Pellerin. Du 5 au 30 juin, Théâtre de l’Atelier, 1, place Charles-Dullin, Paris 18e. M° Abbesses ou Anvers. Du mercredi au samedi à 19 heures, le dimanche à 18 heures. Tél. : 01-46-06-49-24. 31 €. Macha Séry Journaliste au Monde

廣告